Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée de la Bintinais : accédez à plus de 310 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 1
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo144206 Lettre et enveloppe Flora

Lettre et enveloppe

Marque du Domaine Public Lettre et enveloppe Numéro d'inventaire : 978.0023.981 Création Amphoux E. (19e siècle - ) (Auteur) ; 9 mai 1901 ; Versailles. Amphoux Pauline (19e siècle - ) (Auteur) ; 9 mai 1901 ; Versailles. Description Formule d'appel : "Cher Monsieur", L'auteur, un Français, remercie Alfred Dreyfus pour l'envoi de son livre. Il lui confie son admiration à son égard. L'auteur serait heureux de lui rendre viste. Il témoigne de sa sympathie pour le couple Dreyfus. Utilisations Dreyfus Alfred et Lucie (utilisateur) Cologny villa Hauterive Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier vergé filigrané (Manuscrit) Dimensions hauteur 18 (lettre) cm, hauteur 9,5 (enveloppe) cm, largeur 11,4 (lettre) cm, largeur 12,3 (enveloppe) cm Inscriptions Versailles, le 9 mai 1901 Cher Monsieur, Je suis touché, plus que je ne saurais l’exprimer, du précieux témoignage de sympathie que vous avez bien voulu me donner en m’envoyant votre livre. Il restera pour moi et les miens un inappréciable souvenir de vous et de l’héroïsme avec lequel vous avez supporté des tortures inimaginables. Nos pensées et notre profonde sympathie vous ont suivi depuis longtemps dans toutes les phases de ce drame terrible, et mon admiration pour vous m’a fait souhaiter bien souvent de vous connaître. Si je ne suis pas allé vous voir pendant votre séjour à Paris, c’est uniquement par discrétion, mais je serai heureux d’aller vous serrer la main lorsque vous serez de retour. Veuillez, je vous prie, présenter à Madame Dreyfus mes hommages les plus respectueux et agréez, cher Monsieur, l’expression de nos sentiments profondément sympathiques et dévoués. E. Auphoux Versailles, 9 mai 1901 Chère Madame, Je veux joindre mes remerciements à ceux de mon mari, et vous exprimer une fois de plus la profonde sympathie avec laquelle je pense bien bien souvent à vous. Je ne vous ai presque plus donné signe de vie depuis de longs mois, parce que je crains d’abuser un peu de vos moments dont tant et tant d’amis réclament une part. Mais je vous ai toujours suivis par la pensée, votre cher mari, vos enfants et vous, ayant toujours par les uns ou les autres de vos nouvelles. Quand vous reviendrez à Paris, nous irons vous voir, si ce n’est pas indiscret. Ce livre du Capitaine Dreyfus nous fait tantôt pousser des cris de révolte, tantôt fait monter les larmes aux yeux. Il semble que jamais, jamais ceux qui savent, ceux qui vous connaissent, ceux qui ont essayé de tout comprendre ne pourront vous témoigner assez d’affection, assez de sympathie pour diminuer l’horreur de ces souvenirs de cinq années atroces ! Mais peut-être que pour le capitaine Dreyfus, comme pour vous la pensée la plus consolante est celle-ci : Vous avez fait du bien à tant d’âmes par votre exemple, vous avez réveillé tant de consciences somnolentes et de volontés engourdies que vos souffrances n’ont pas été perdues. C’est avec respect avec admiration et reconnaissance, que nous parlons de vous à nos enfants et l’on voit déjà que le souvenir de ce que vous avez su souffrir tous deux sera une force pour eux dans la vie. Chère Madame, je fais des vœux ardents pour que vous passiez tous un bon et tranquille été, et que vous voyiez peu à peu se dessiner à l’horizon l’espoir de la grande réparation, du triomphe final de la justice et de la vérité. Oh ! Si nous pouvions voir bientôt ces temps meilleurs qui seront meilleurs aussi pour notre cher pays ! Je vous prie, chère Madame, de renouveler au Capitaine Dreyfus l’expression de mes sentiments les plus sympathiques et dévoués et mes plus chauds remerciements pour l’envoi de son livre. Permettez-moi d’embrasser Pierre et Jeanne, et leur chère maman avec toute l’affection d’une amie. P. Auphoux Versailles, Seine-et-Oise - 09/01 Monsieur le Capitaine Alfred Dreyfus & Madame Dreyfus À Cologny Canton de Genève - Suisse - Cologny Mots-clés Affaire Dreyfus, Soutien, Protestantisme, Dreyfusard, Sympathie, Opinion publique Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.