Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 300 180 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
2 / 2
Résultat précédent
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo150439 Lettre et enveloppe Flora

Lettre et enveloppe

Marque du Domaine Public Lettre et enveloppe Numéro d'inventaire : 978.0023.2419 Création Monod-Stapfer Mathilde (Auteur) ; 1er juillet 1898 ; Paris 97 boulevard Arago. Description En-tête : "Chère Madame", Pensant qu'elle allait lui rendre visite, en compagnie de sa belle-mère, l'auteur, Mathilde Monod-Stapfer, n'a pas jugé nécessaire de lui écrire. De plus, elle a pendant plusieurs semaines été aux côtés de son mari qui préparait un examen. Elle espère bientôt la revoir. Elle adresse ses amitiés à Alice, [la soeur cadette de Lucie Dreyfus]. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Chatou Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier (Manuscrit) Dimensions hauteur 14,4 cmhauteur 8,7 (enveloppe) cm, largeur 16,2 cmlargeur 15 (enveloppe) cm Inscriptions Français 1er Juillet 98 Mes meilleurs souvenirs à Mlle Alice. Chère Madame, Si je n'ai pas répondu à votre lettre si aimable et si affectueuse, c'est que je voulais absolument le faire de vive voix, en allant vous voir à Chatou. Mais j'ai été fort empêchée ces derniers temps de faire ces choses que je désirais le plus. Mon mari a en effet beaucoup travaillé, et je n'abandonnais jamais pour longtemps mon rôle de gendarme auprès de lui. J'avais pourtant fait le projet d'aller vous voir une après-midi avec ma belle sœur qui serait venue me rejoindre à Asnière. Mais je ne suis pas très bien depuis quelques semaines et bien que ce soit sans nulle gravité je suis obligée de rester très tranquille. Je ne puis vous dire quel regret nouveau c'est pour moi chaque fois que je vois paseer une nouvelle semaine sans que j'aille vous voir. J'en suis triste et j'ai peur de vous peiner aussi. Mais ne croyez pas que je vous oublie, n'est-ce-pas ? Mon mari qui allait tout à fait bien depuis quelques moi, a trop profité de ses forces, il est de nouveau souffrant de fatigues de tête, et ce n'est pas sans appréhension que je le vois se présenter la semaine prochaine à un examen, insuffisamment préparé, malgré tous ses efforts. Dès qu'il sera libéré, nous comptons bien aller vous revoir avant notre départ pour la Bretagne. On m'a beaucoup reproché ma dernière lettre "très imprudente", aussi je vous prie de me la pardonner et je n'ose rien vous dire dans celle-ci. Vous savez, n'est-ce-pas, que je pense à vous très très souvent et avec une affection bien profonde et sympathique. M. Monod Stapfer Mots-clés Affaire Dreyfus, Correspondance, Protestantisme, Amitié, Dreyfusard Dreyfus Lucie Dreyfus Alice Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.