Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 1
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo144416 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.1055 Création Baum Hermine (19e siècle - ) (Auteur) ; 11 juin 1899 ; Vienne Kohlmarkt 10. Description Formule d'appel : "Madame !", L'auteur, une Autrichienne, regrette de ne pouvoir maîtriser correctement la langue française pour exprimer ce qu'elle ressent. L'honneur du Capitaine lui sera rendu. Il retrouvera bientôt les siens. A l'étranger, on craint le fanatisme. C'est avec stupéfaction qu'ils ont appris que le Président Emile Loubet avait étét agressé. Tout n'a été que falsifications dans cette affaire comme cette phrase, "Cet animal [sic] de D."* * En fait : "Ce canaille de D. ...". Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier vergé filigrané (Manuscrit, Procédé photomécanique) Dimensions hauteur 17,1 cm, largeur 13,5 cm Inscriptions [AU CRAYON DE PAPIER] 11 juin 1899 Wien, I., Kohlmarkt 10. 11/6 Madame ! Jamais je n’ai regretté plus que maintenant d’avoir étudié si peu la langue française, car que ne voudrais-je pas tout vous dire, de la joie que nous éprouvons, pour voir qu’en peu de temps Mr le capitaine aura rendu sa liberté, son honneur, et avant tout sa femme, ses enfants ! Comme une fois déjà j’avais l’occasion de vous le dire, dans les dernières quatre années et demi, jour et nuit mon mari et moi et tant d’autres, nous avons pensé à vous et ce pauvre Mr le capitaine, et même aujourd’hui où sa liberté est garantie nous pensons à tous les dangers qui pourraient encore le menacer ! Avant tout nous craignons le fanatisme de ces misérables qui ont oser lever le bâton contre Mr le Président ! Horreur ! Et tout le monde espère que vous allez vous décider de ne plus vivre en France ou pouvaient arriver des pareilles choses si longtemps l’on pouvait supporter l’idée qu’un innocent souffrait des martyrs non pareils dans l’histoire du monde ! D’ailleurs Madame je dois encore m’excuser pour avoir accusé vos pauvres parents mort si eux n’étaient pas la cause pour la phrase, "cet animal de D." ! Lorsque nous lisions du suicide de Mr Armand Dreyfuss. Maintenant je sais bien comme tout ça était des inventions et des falsificats de ces misérables. Mais en lisant le suicide et étant hanté par l’idée de pouvoir trouver la vérité, cette combinaison, passa mon cerveau comme une éclair, et je regrette mille fois d’avoir fait du tort à des innocents restant dans leurs tombeaux ? Que le bon Dieu Madame vous donne la force de passer encore ces jours si agités et pénibles jusqu’au moment où vous embrasserez votre héro, et que le bon Dieu vous accorde encore beaucoup, beaucoup d’années de bonne santé, et tant de bonheur pour que vous puissiez être récompensé, pour les terribles et presque insupportables souffrances que vous avez dû endurer ! Encore une fois pardon pour vous avoir ennuyé avec ma lettre d’une français pitoyable, mais mon cœur était trop plein ! Acceptez Madame, mon admiration respectueux. Hermine Baum Mots-clés Affaire Dreyfus, Cour de cassation, Opinion publique, Honneur, Antidreyfusard Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.