Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 300 180 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 47
Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo160168 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3936 Création Asinelli Eveline (19e siècle - 20e siècle) (Auteur) ; 5 juillet 1899 ; Genève. Description En-tête : "Monsieur le Capitaine", L'auteur, une aristocrate génevoise d'origine française, confie à Alfred Dreyfus avoir suivi depuis des années, avec beaucoup d'émotion et en compagnie d'amis, cette terrible affaire. Elle se réjouit de son retour en France. Elle est persuadée qu'Alfred Dreyfus sera bientôt rendu à sa famille. Elle ne cache pas son admiration pour lui, "loyal soldat", et pour son épouse. Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Correspondance Juillet 1899 Matière(s) et technique(s) Papier (Manuscrit, Timbre sec) Dimensions hauteur 17,9 (plié) cm, largeur 11,5 (plié) cm Inscriptions 5 Juillet 1899 FILIGRANNE : FORTIS CADERE CEDERE NON POTEST Monsieur le Capitaine, C'est avec une émotion poignante que j'ai suivi avec mes nombreux amis les moindres péripéties du drame déchirant dont vous êtes le héros c'est vous dire que, depuis des années, mes pensées sont auprès de vous et des vôtres et qu'avec vous tous j'ai passé par des heures d'angoisse terrible. Vous êtes enfin en France, Monsieur, et vous pouvez comprendre maintenant avec quelle joie profonde j'ai salué votre retour sur le sol aimé de la patrie, avec quelle reconnaissance j'ai appris par les journaux votre énergie indomptable, votre foi dans l'avenir, votre admirable tranquillité d'âme. Je craignais tant de vous savoir brisé physiquement ! Grâce à Dieu, il n'en est rien ! Et vous avez raison : soyez fort, soyez courageux comme toujours : encore quelques jours de deuil et vous serez rendu aux vôtres, honoré du monde entier, le front cerné d'une auréole de grandeur que rien désormais ne saura ternir. Me permettez-vous, Monsieur le Capitaine, de serrer dans la mienne votre loyale main de soldat ? Et veuillez saluer de ma part votre admirable compagne qui, dans ces luttes terribles et angoissantes, s'est montrée si digne, si énergique, si aimante, si noble dans tous ses sentiments et dans ses moindres actes. Une femme pareille est l'ornement de notre sexe. Puisse le bonheur fait de l'avenir de vos deux vies, de la considération, de l'estime et de la profonde affection de nous tous Dreyfusards, être votre partage à tous les deux pendant de longues années. C'est le vœu le plus ardent de votre respectueusement dévouée Eveline d'Asinelli Genève – 17 Boulevard Helvétique (5-VII-1899) Mots-clés Affaire Dreyfus, Dreyfusard, Soutien Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.