Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
3 / 47
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo160190 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3938 Création Asinelli Eveline (19e siècle - 20e siècle) (Auteur) ; 6 septembre 1899 ; Genève. Description En-tête : "Monsieur le Capitaine", L'auteur, une aristocrate génevoise d'origine française, convaincue depuis des années de l'innocence d'Alfred Dreyfus, pauvre et vaillant martyr, est profondément attristée en découvrant les dernières nouvelles. Cependant, elle reste optimiste et affirme que la moitié des Français et le monde entier soutiennent le Capitaine. Signé : "Votre vieille amie profondément et respectueusement dévouée". Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Correspondance Septembre 1899 Matière(s) et technique(s) Papier vergé (Manuscrit) Dimensions hauteur 18,2 (plié) cm, largeur 11,5 (plié) cm Mots-clés Affaire Dreyfus, Dreyfusard, Soutien Inscriptions AU CRAYON DE PAPIER : 6 Septe 1899 Monsieur le Capitaine, Les dernières nouvelles de Rennes me sont parvenues et ai-je besoin de vous dire que moi, qui suis convaincue de votre innocence depuis des années, qui ai souffert avec vous et les nôtres comme si nous étions unis par les liens du sang, que j'en suis bouleversée ? Autour de moi je ne vois que des larmes…. Et cependant, Monsieur, ne désespérez jamais. Le monde entier est pour vous plus de la moitié de la France proclame votre innocence, aussi il est impossible que Justice ne vous soit faite — Justice pleine et entière. Ce sera peut-être après de nouvelles et angoissantes luttes, mais soyez fort, soyez grand comme vous l'avez été jusqu'à ce jour. Et qui sait ce que nous réservent les plaidoiries de nos défenseurs !! Monsieur le capitaine, me permettez-vous, au nom de toutes les mères dreyfusardes, de serrer vos deux mains entre les miennes ? Cet acte si simple vous fera comprendre ce que vous êtes pour nous, pauvre et vaillant martyr il n'y a, en effet, pas un cœur de mère qui ne pleure avec vous, qui n'espère avec vous, qui ne voudrait à force de sympathie vous faire oublier le cruel passé, les heures douloureuses de Rennes. Croyez-moi, Monsieur Vitre vielle amie profondément et respectueusement dévouée Eveline d'Asinelli 17 Bd Helvétique. Genève. 6-IX-99 Mots-clés Affaire Dreyfus, Dreyfusard, Soutien Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.