Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
5 / 47
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo160212 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3940 Création Asinelli Eveline (19e siècle - 20e siècle) (Auteur) ; 30 juillet 1899 ; Milan. Description En-tête : "Monsieur le Capitaine", L'auteur, une aristocrate génevoise d'origine française, réaffirme sa profonde sympathie et son admiration à Alfred Dreyfus et pour sa famille. Bien qu'étrangers, de nombreuses personnes prennent part à cette afffaire. Cette douloureuse les a trop profondément marqués pour qu'il n'en reste rien. Elle adresse une prière à Dieu. Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Correspondance Juillet 1899 Matière(s) et technique(s) Papier vergé filigrané (Manuscrit) Dimensions hauteur 17,9 cm, largeur 11,6 cm Mots-clés Affaire Dreyfus, Dreyfusard, Soutien Inscriptions AU CRAYON DE PAPIER : 30 Juillet 99 Monsieur le Capitaine, Quelques jours seulement vous séparent du moment béni où vous pourrez enfin démontrer votre innocence à la face de tous permettez-moi de venir vous dire encore une fois avec quel sentiment de poignante émotion et cependant de confiance absolue, j'assiterai par la pensée au débats de Rennes. Pour moi, pour nous vos amis, c'est là une pure forme, car il n'y a pas d'officier dont l'honneur soit au-dessus du votre, point de nom que nos enfants apprendront à vénérer et à aime à l'égal du vôtre. Vous ne pouvez pas vous imaginer, Monsieur, combien nombreux sont vos amis et enthousiastes vos admirateurs. Ici, j'ai eu l'occasion de parler de vous avec des hommes d'élite, tous, sans une seule exception, sont Dreyfusards ardents. L'en d'entr'eux résumait l'entretien par ces mots si vrais : "Il nostro più bel tittols ai nobillà è di chiamarci Dreyfusiani !" Oui, Monsieur, c'est là en effet, notre plus beau titre de noblesse ou de gloire et notre signe de ralliement. Si je vous dis cela, c'est pour que vous compreniez combien est entière et profonde est notre sympathie pour vous, pour toute votre famille et pour vos vaillants défenseurs. Nous ne sommes pas tous Français, je le sais….. mais pour une fois : qu'importe ! Nous sommes Dreyfusards, c’est-à-dire que vos souffrances ont été les nôtres, vos tortures, les nôtres, vos espérances, les nôtres, votre bonheur de demain sera nôtre aussi. Et quand tout sera rentré dans le calme, quand vous serez rendu à la plus noble des femmes, nous rentrerons aussi dans l'ombre mais les Dreyfusards ne mourront point, ils ne mourront jamais, car votre douloureuse histoire a secoué les fibres les plus intimes de notre être et nous fait soupirer après une ère de vraie égalité, où il y aura une même justice pour tous sans distinction de position, de rang, de fortune ou de croyances religieuses. Vous avez été une victime, mais une noble victime. Puissent les années que vous aurez à passer ici-bas être longues et vous rendre en bonheur toutes les tortures, toutes les infamies que vous avez si vaillamment, si virilement supportées. Que Dieu vous bénisse, Monsieur le Capitaine, vous et tous les vôtres ! Croyez à ma profonde, à ma respectueuse admiration. Eveline d'Asinelli Milan, ce 30-VII-99 Mots-clés Affaire Dreyfus, Dreyfusard, Soutien Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.