Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
9 / 47
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo160223 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3941 Création Asinelli Eveline (19e siècle - 20e siècle) (Auteur) ; 10 septembre 1899 ; Genève. Description En-tête : "Monsieur le Capitaine", L'auteur, une aristocrate génevoise d'origine française, exprime à Alfred Dreyfus son désarroi à l'occasion du verdict du procès de Rennes. En voulant préserver leur intégrité, les généraux ont condamner un innocent. Cependant, l'auteur pense que leur plan est voué à l'échec face à la très forte mobilisation de l'opinion. Elle réitère son admiration pour l'homme, le père et le soldat. Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Correspondance Septembre 1899 Matière(s) et technique(s) Papier vergé (Manuscrit) Dimensions hauteur 17,9 (plié) cm, largeur 11,5 (plié) cm Inscriptions AU CRAYON DE PAPIER : 10 Sept 1899 Monsieur le Capitaine, La douleur que j'éprouve pour vous est intense. Comme je vous l'ai dit précédemment, epndant des années j'ai vécu dans ce doux espoir de vous voir un peu rendu aux vôtres… Et il a fallu cet infâme tribunal de Rennes, toutes les horreurs des débats, toutes vos tortures nouvelles pour arriver à cette monstrueuse iniquité : votre condamnation ! Quand l'affreuse nouvelle m'en est parvenue, il m'a semblé que tout s'effondrait autour de moi. Rien ne pourrait vous donner une idée de mes souffrances, car, si à Rennes vous avez eu la joie de voir s'approcher de la barre des amis et des âmes loyales, vous avez dû éprouver tant de déchirement à la vue de vos ennemis que je me demande si vous pourrez jamais comprendre que dans le monde entier l'on vous aime, l'on vous admire, l'on vous donne en exemple aux jeunes. Ah ! cette fraternité des âmes, cette admiration enthousiaste pour le soldat, l'homme, le père — voilà pourquoi ma souffrance est telle que je ne trouve pas de mots pour l'exprimer. L'on a osé, l'on a pu vous condamner quand tout proclame votre innocence. Cela me révolte, cela me boulverse et je ne sais comment vous exprimer ma sympathie. Ah ! nous souffrons et nous pleurons tous nous autre dreyfusards nous prouvons par cette similitude dans notre douleur que nous sommes vraiment des vôtres et j'ajoute, Monsieur le Capitaine, que je suis fière qand je songe que vos ennemis nous ont donné votre nom. Pour nous, ce nom sera l'équivalent de tout ce qui est noble et héroïque, grand et beau rien n'entache son honneur, au contraire ! Aussi, Monsieur, si vos douleurs puvent être atténuées de quelque sorte, dites-vous bien qu'une auréole de gloire entoure votre nom vénéré, que partout et toujours, ce nom nous fera penser au plus noble martyr de notre siècle. Vous avez connu tous les déchirements, toutes les angoisses, toutes les souffrances. Il est un tourment cependant que vous ne connaîtrez jamais, c'est le remords. Et tandis que vos ennemis sont dans la joie, je me dis que votre pauvre âme torturée a plus de paix que la leur. Eux, les généraux, comment pourront-ils jouir de leur vie avec cette épine au cœur, cette conviction qu'ils ont condamné un innocent pour se sauver eux-mêmes ? Ils ont voulu vous briser ils n'y réussiront pas. Car votre honneur est intact, votre conscience pure et dans le monde entier vous avez des millions et des millions d'amis qui mettent autour de votre tête souffrante, l'auréole des martyrs. Je vous écris très mal je souffre trop. Laissez-moi encore vous dire que malgré tout, la lumière se fera pour tous et j'ai la conviction que vous serez rendu aux vôtres… et à vos amis dreyfusards. Je serre entre les miennes, votre loyale main de soldat tout en vous supplian d'espérer toujours. Croyez-moi, Monsieur le Capitaine, Votre vieille amie dreyfusarde profondément et respectueusement dévouée, Eveline d'Asinelli 17 Bd Helvétique. Genève. 10-IX-99 Mots-clés Affaire Dreyfus, Dreyfusard, Soutien, Sympathie Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.