Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
3 / 5
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo159850 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3908 Création Naville Hélène (Auteur) ; 7 juillet 1899 ; Houlgate-Beuzeval villa de la plage. Description En-tête : "Ma chère Lucie", L'auteur, Hélène Naville, remercie chaleureusement Lucie Dreyfus de lui donner de ses nouvelles, dont elle ne se lasse pas, ni de celles de Madame Havet. Elle est apprécionnée de savoir qu'Alfred Dreyfus, à peine arrivé en France, connaît déjà presque tout de sa propre affaire. Elle rassure Lucie Dreyfus au sujet de son apparence physique. Il est normal, après de telles souffrances endurées, d'avoir vieilli. Elle espère que les Dreyfus seront bientôt réunis. Elle donne des nouvelles de sa propre famille. En post-scriptum, elle adresse ses compliments pour le couple Havet et demande à Lucie Dreyfus de la rappeler au bon souvenir de ses parents. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Correspondance Juillet 1899 Matière(s) et technique(s) Papier vergé filigrané (Manuscrit) Dimensions hauteur 20,2 cm, largeur 13,1 cm Inscriptions Beuzeval 7 juillet 1899 Ma chérie Lucie Comment vous dire ma joie en recevant votre lettre hier ? Quand le facteur me l'a remise, je l'ai gardée un moment dans mes mains sans l'ouvrir, tant j'avais peur de me tromper en reconnaissant votre écriture sur l'enveloppe. Oh ! que vous êtes bonnes d'avoir trouvé le moyen de m'écrire malgré vos émotions et vos préoccupations. Vous êtes si oublieuse de vous-même que cela ne devrait pas me surprendre. Je voudrais que vous eussiez été témoin de ma joie en vous lisant, cela vous aurait récompensé de votre peine. Vous comprenez avec quel intérêt passionné je lis et relis tout ce vous et Madame Havet me racontez de votre mari. Je suis émerveillée de sa force morale, de sa vaillance, de son intelligence. Dire qu'il est déjà au courant de tout qu'à peine remis des fatigues d'un pénible et long voyage il a déjà lu l'énorme enquête, qu'il se reconnaît au milieu de ce dédale d'événements comme s'il n'en avait pas été tenu dans l'ignorance, c'est un vrai miracle. Ne soyez point surprise de le trouver un peu vieilli, ma chérie il a trop souffert pour qu'il en soit autrement. Mais soyez sûre aussi qu'à son âge tout se répare puisque votre mari, sans aucun secours que sa seule volonté, a résisté à des épreuves dont nous ne pouvons même pas supporter la pensée, nous devons tout attendre de lui et tout espérer de vos soins et de l'influence bénie de votre affection. Donnez-lui un peu de temps et vous verrez petit à petit s'effacer sur le visage de votre mari les traces de son long martyre. Songez combien il faut de vos sourires et de vos baisers pour effacer la trace d'une seule larme tombée de ses yeux dans l'île maudite. Je vous plains de toute mon âme de ne pouvoir l'entretenir dans la douceur d'un tête-à-tête. Encore un peu de patience et il vous sera rendu tout-à-fait dans son auréole de gloire. Qui sait si, livrés à vous-mêmes dès le premier instant, vos deux êtres ne se seraient pas brisés sous le choc d'une joie trop intense et dépassant les forces humaines ? Chérie, pour notre cher capitaine et pour nous tous, essayez de retrouver un peu de calme. Je vous devine, je vous sens en proie à de telles émotions, à de telles agitations que je crains que vous vous fassiez du mal. Ayez confiance, tout ira bien maintenant et plus tard. Remerciez pour moi Madame Havet de ses bonnes lettres : je suis heureuse de la sentir auprès de vous et je l'envie. Vous me demandez de vous parler de moi, mais que dirai-je ? Je ne suis pas ici, je suis avec vous dans toutes mes pensées, il n'y a pas un de mes instants où ma tendresse n'aille à vous. Mon mari viendra passer 3 jours avec moi la semaine prochaine, Robert et Philippe vont très bien. Puisque vous le voulez bien, chérie, je vous écrirai souvent, ce sera une joie pour moi. Il est bien entendu que je ne compte pas que vous m'écriviez, vous m'avez gâtée hier pour longtemps. Je vous embrasse comme je vous aime, de toute mon âme. Hélène Naville Mots-clés Affaire Dreyfus, Intellectuel, Opinion publique, Sympathie Dreyfus Alfred Dreyfus Lucie Havet Olympe Havet Louis Naville (famille) Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.