Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée de la Bintinais : accédez à plus de 300 700 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 2
Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo153067 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.2894 Création Van de Pol L. (Auteur) ; Après le 9 septembre 1899 ; Lausanne la Chablière. Description En-tête : "Madame", L'auteur, une étrangère, témoigne à Lucie Dreyfus et à son courageux époux sa plus profonde estime. Elle lui assure qu'aux yeux de l'opinion internationale, Dreyfus est innocent. Si le conseil de guerre a condamné l'honneur de Dreyfus en 1894, en 1899, c'est l'honneur du conseil qui est condamné. Il est évident qu'Alfred Dreyfus est innocent et qu'Esterhazy est le vrai coupable. L'auteur plaint la France. Elle estime que les Dreyfus ne doivent plus rester en France mais s'établir à l'étranger où ils seront bien accueillis. Elle précise que le plus beau jour sera la libération de Dreyfus. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier vergé filigrané (Manuscrit) Dimensions hauteur 18,2 cm, largeur 12 cm Inscriptions Français Breda Madame. Après la triste et injuste sentence de hier prise par le conseil de guerre, je sens le besoin de vous exprimer mon grand regret et vous donner l'assurance ainsi qu'à Mr Dreufus de mon haute estime, je peut vous assurer que cet estime est partagée par tout l'Europe. Après ce dernier conseil de guerre personne ne croit votre mari coupable. Voilà la déférence entre celui de 1894 et celui d'aujourd'hui premier attaquait l'honneur de votre mari celui-ci n'attaque que l'honneur de ses faux témoins et tout le monde était indignée de la maniere dont on conduisait l'instruction, en écoutant avec la plus grande patience les accusateurs, et coupant autant que possible la parole au défenseur et aux temoins à decharge. Malgré tout ça c'est prouver pour tous (qui ne sont pas aveuglé par haine de religion où par une fausse idée de l'honneur militaire) que votre mari est innocent et Esterhazy le coupable. Mais c'était parti pris de le condamner. pauvre France comme elle est mal mener les dernieres années. Sa jeunesse dorée qui reçoit ses montée aux courses à cause de baton. Mais j'espère encore beaucoup de la loyauté du President. Il ne peut pas tout mais de même beaucoup. il peut accorder grace. En ce cas il faut quitter la France, partout à l'étranger vous serez respecté. et vous éprouverez la plus grande sympathie. Ici il règne une tristesse generale après le télégramme de hier soir. J'exprime j'en suis persuadé le regret de notre nation, nous continuerons de suivre avec intérêt les evenements qui vous attendent encore, le plus beau sera quand on annocera Dreyfus libre. En attendant cet heureux jour je vous souhait, Madame ainsi que M. Dreyfus le courage voulut en restant avec le plus haut estime L van de Pol Mots-clés Affaire Dreyfus, Procès, Opinion publique, Conseil de guerre, Dreyfusard, Soutien Dreyfus Lucie Dreyfus Alfred Esterhazy Ferdinand Walsin Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.