Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée de la Bintinais : accédez à plus de 300 700 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 1
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo155638 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3252 Création Caton Woodville Helen E. (Auteur) ; Septembre 1899 ; Brighton 138 Marine Parade. Description En-tête : "Dear Madam", L'auteur assure à Lucie Dreyfus qu'elle a avec elle les prières et la sympathie des Anglais, la Reine également. L'auteur est rassuré de les savoir soutenus par des hommes tels que Picquart, Zola et Labori. La vérité doit éclater. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier filigrane (Manuscrit) Dimensions hauteur 17,6 cm, largeur 11,3 cm Inscriptions Anglais 138 Maine Parade, Brighton. Dear Madam, Allow me to offer my most sincere heartfelt sympathy to you & yours in this awful hour of agony. It cannot fail to be a comfort to you to know that you have the prayers & the truest sympathy of every human being in every country – to whom it is a consolation to know you are surrounded with such noble men as Picquart, Zola, Labori M. Truth must, prevail, even yet, & in even poor misguided & misgoverned France. In England, every heart is aching with pity for your martyred husband from our Queen downwards and on Saturday night many many bitter tears were shed for him & you. Dear lady, may God bless & requite you both is the prayer of Yours very truly, Helen E. Caton Woodville. To Madame Alfred Dreyfus. Traduction : Chère Madame, Permettez-moi de vous offrir la sympathie la plus sincère que j'éprouve à votre égard et aux vôtres en ces heures d'agonie. Cela ne peut pas ne pas vous réconforter de savoir que tous les habitants de ce pays prient et sympathisent avec vous, et pour lesquels c'est un soulagement de savoir que vous êtes entouré par des hommes aussi nobles que Picquart, Zola, Labori. La vérité doit triompher, même maintenant, même dans la pauvre France, égarée et mal gouvernée. En Angleterre, tous les coeurs se serrent de pitié pour votre époux martyrisé, de notre reine d'en-bas et samedi soir de nombreuses larmes amères ont coulé pour vous deux. Chère dame, que Dieu vous entende et vous dédommage tous les deux, c'est le voeu de votre très sincere Helen E. Caton Woodsville À Madame Alfred Dreyfus Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.