Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée de la Bintinais : accédez à plus de 310 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 1
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo144306 Lettre et enveloppe Flora

Lettre et enveloppe

Marque du Domaine Public Lettre et enveloppe Numéro d'inventaire : 978.0023.1003 Création Babut Amy (19e siècle - ) (Auteur) ; 23 février 1898 ; Paris 9 rue des Batignolles. Description Formule d'appel : "Madame", L'auteur, une Parisienne, exprime à Lucie Dreyfus son indignation contre le verdict du procès Zola. Ayant suivi avec assiduité et passion les débats, elle a trouvé admirable la plaidoirie de Maître Labori. La vérité est apparue au grand jour. L'opinion française ne peut rester impuissante face à tant d'injustice. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Paris Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier vergé filigrané (Manuscrit) Dimensions hauteur 17,9 (lettre) cm, hauteur 9,7 (enveloppe) cm, largeur 11,7 (lettre) cm, largeur 12,2 (enveloppe) cm Inscriptions Paris, 23 février soir Madame, Permettez-moi sous l’impression de révolte et d’indignation que m’a causée l’inique sentence qui vient d’être rendue, de vous exprimer ma profonde et respectueuse sympathie. J’ai suivi avec passion les émouvants débats du procès Zola tous les jours une conviction se faisait plus forte, jusqu’au moment où l’admirable plaidoirie de Me Labori a dissipé les doutes qui auraient pu me rester encore. Comment ne pas espèrer lorque la cause de la vérité était défendue avec tant de chaleur, de conviction, d’émotion communicative, unies à un si beau talent ? J’ai été bouleversée en lisant l’arrêt du jury, je ne pouvais y croire. Et si cela m’a produit une telle impression à moi qui n’ai aucun intérêt personnel en jeu, qu’avez-vous dû éprouver, Madame, vous pour qui la cause de Zola était étroitement liée à celle de l’être qui vous est le plus cher au monde, et que l’injustice et l’aveuglement des hommes vous ont arraché depuis bientôt quatre ans. Est-ce que votre grand courage ne faillira pas après ce nouveau coup ? Est-ce que vous n’allez pas désespèrer ? Oh, non n’est-ce pas ? Vous allez, nous allons tous lutter plus énergiquement que jamais pour la cause de la vérité et de la justice, si honteusement foulées aux pieds par ceux de qui on serait le plus en droit de l’attendre. Et qui sait si cette défaite apparente ne sera pas, après tout, une victoire. Qui sait, si par la sévérité, absurde autant qu’odieuse de leur sentence, les jurés ne contribueront pas à créer un revirement d’opinion en faveur de cette seconde victime de l’injustice humaine. On aura beau faire, on ne pourra pas annuler les résultats de ces débats au cours desquels la vérité est apparue chaque jour plus manifeste et plus éclatante. Il est impossible que tout ce qu’il y a de généreux en France ne se soulève pas d’indignation en assistant à ce triomphe apparent du mensonge et de la force brutale. Et si ce mouvement ne se produisait pas, alors ce serait à désespèrer de notre malheureux pays, et la France aurait aujourd’hui consommé sa propre ruine. Non, nous voulons croire en des jours meilleurs, nous ne croyons pas que la vérité puisse être indèfiniment étouffée. La lumière se fera, il le faut ! Croyez Madame à mes sentiments profondément respectueux et sympathiques. Amy Babut 9 rue des Batignolles 18 Paris Madame Alfred Dreyfus Rue de Châteaudun Paris Mots-clés Affaire Dreyfus, Procès, Vérité, Réaction, Dreyfusard, Soutien Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.