Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 300 180 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 1
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo152609 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.2745 Création Pathin-Labarre J.G.C. (19e siècle - ) (Auteur) ; 18 juillet 1899 ; Paris 78 avenue Ledru-Rollin. Description Formule d'appel : "Monsieur le Capitaine", L'auteur, une Parisienne, exprime au Capitaine Dreyfus sa joie à l'occasion de son retour en France précédé de la décision de la Cour de cassation. Elle avait alors déjà écrit à Lucie Dreyfus. Elle et les siens partagent les mêmes souffrances morales, les mêmes angoisses et espoirs que les Dreyfus. Elle lui demande de garder courage. Tous espèrent au jour de la délivrance. Dieu est présent et exauce leurs prières. Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Rennes prison militaire Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier (Manuscrit) Dimensions hauteur 16,8 cm, largeur 12,4 cm Inscriptions Français Mardi 18./7/99. Monsieur le Capitaine Lorsque la bonne nouvelle de votre retour nous est arrivée, et lorsque nous avons lu le télégramme dont l'envoi devait vous combler de joie, je n'ai pu, tout en n'ayant pas l'honneur de connaître Madame Dreyfus, résister au désir de lui exprimer, quoique bien imparfaitement la joie que nous ressentions, comprenant d'après la nôtre ce que devait être la sienne. J'ai tâché de lui exprimer tout ce que nous avions d'admiration pour son dévouement sans bornes, sans arrêt, pour son courage si grand, sa foi inaltérable ! Et maintenant que vous êtes enfin dans notre France, puis-je résister au désir de vous exprimer aussi tout le bonheur que nous éprouvons ? J'espère que vous ne trouverez pas cette démarche trop hardie, et que vous comprendrez que depuis longtemps nous partageons les mêmes angoisses, les mêmes espérances ! Si vous saviez ce que nous avons versé de larmes en lisant vos lettres, si douloureuses, mais si dignes, si pleines de tendresse et qui n'étaient pourtant qu'une bien faible image des souffrances que vous enduriez avec tant de courage ! Que d'heures d'insomnie j'ai eues, lorsque ma pensée se portant vers cette solitude affreuse qui vous séparait de tout ce qui était votre vie, votre bonheur ! Que j'aurais voulu comme tant d'autres, franchir l'espace ! vous crier : Courage, espoir, nous sommes avec vous de cœur et d'âme ! Car tous nous vous aimons ! nous aspirons au jour de la délivrance, au jour ou le vœu exprimé si souvent par vous sera exaucé : ce jour béni ou vous serrerez enfin vos chers enfants dans vos bras, ce jour où vous serez pour toujours près de la famille qui a tant souffert, près de l'admirable femme, de l'admirable mère que vos enfants béniront toute leur vie ! Nous sommes une immense famille dont les membres répandus dans le monde entier ont vécu jour par jour, heure par heure de votre vie, et en ont ressenti, les angoisses, les joies, les espérances ! Nos prières ont été exaucées ! Le doigt de Dieu est là il vous a donné un courage surhumain, Sa volonté a été que vous viviez malgré vos tortures physiques et morales nous vous admirons avec le plus grand respect, mais nous le Bénissons ! Quand vous serez au milieu de la famille aimée, pensez quelques fois mon Capitaine, aux amis inconnus dont le seul regret aura été de ne pouvoir se joindre à ceux qui ont eu et ont encore l'honneur et la joie de se dévouer à vous pour cette sainte Cause. Mais votre nouvelle et grande famille ne vous oubliera jamais car vous êtes et serez pour elle toujours et partout la plus belle preuve de ce que peut un homme, un vrai soldat lorsqu'il a une conscience pure, et le sentiment de la dignité humaine dans ce qu'il a de plus élevé ! Je vous demande pardon de vous avoir tenu si longtemps, mais je suis si heureuse de pouvoir enfin vous faire part de nos sentiments que j'espère en votre bienveillance. A vous mon Capitaine, nos meilleurs souhaits de bonheur et pour toujours. J.G.C. Pathin Labarre Mots-clés Affaire Dreyfus, Soutien, Cour de cassation, Innocence, Prière, Christianisme, Croyance, Opinion publique, Réaction, Dreyfusard Dreyfus Alfred Dreyfus Lucie Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.