Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
3 / 11
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo160307 Lettre et enveloppe Flora

Lettre et enveloppe

Marque du Domaine Public Lettre et enveloppe Numéro d'inventaire : 978.0023.3956 Création Psichari Noémi (Auteur) ; 13 juillet 1898 ; Perros-Guirec Rosmapamon. Description Formule d'appel : "Chère Madame", L'auteur, Noémie Psichari, épouse de Jean Psichari, témoigne de sa sympathie à Lucie Dreyfus. Le discours de Cavaignac l'a bouleversé et a indigné son époux. Rien ne correspondait à l'idée de justice et d'innocence. Cependant, ce discours n'a pas eu le succès que Cavaignac escomptait dans la presse la plus sérieuse. L'auteur espère que la remarquable lettre de Picquart fera éclater la vérité. Elle apprend à Lucie Dreyfus que la campagne dreyfusarde gagne chaque jour du terrain que ce soit dans le Midi grâce à Jaurès ou plus modestement en Bretagne où les Psichari tentent de propager la vérité. Son mari adresse ses hommages à Lucie Dreyfus et l'auteur lui demande d'embrasser ses enfants. En post-scriptum, l'auteur évoque la lettre de Demange, une lueur d'espoir et demande à Lucie Dreyfus de garder courage. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Chatou 3 ter Avenue de Brimont Correspondance Juillet 1898 Matière(s) et technique(s) Papier (Manuscrit, Impression) Dimensions hauteur 16,7 cmhauteur 8,9 (enveloppe) cm, largeur 12,3 cmlargeur 13,1 (enveloppe) cm Mots-clés Affaire Dreyfus, Soutien, Sympathie, Opinion publique Inscriptions 13 Juillet 1898 ROSMAPAMON PERROS-GUIREC (Côtes du Nord) Chère Madame, Depuis mon départ de Paris, je me promettais de vous écrire, désirant toujours vous marquer notre intérêt constant pour tout ce qui vous touche. Permettez moi de le faire aujourd'hui et de vous apporter en des jours particulièrement douloureux pour vous, l'expression renouvelée de notre sympathie. Nous avons été, mon mari et moi, navrés de voir que la séance de jeudi n'avait donné lieu qu'à une manifestation d'entêtement et de fanatisme et que pas une voix ne s'est élevée en faveur de la justice et de l'innocence. Mon mari était rempli d'indignation, bien que nous nous fissions par avance peu d'illusions sur M. Cavaignac. Du reste, ce discours a été interprété et accueilli avec peu d'enthousiasme par toute la presse sérieuse et n'a point certes produit l'effet qu'attendait son auteur. La lettre admirable du colonel Picquart le dément et, j'en suis sûre, fera faire un pas considérable à la découverte de la vérité. Nous avons aussi reçu des nouvelles du Midi, de Montpellier même qui vous disent comme Jaurès a su se faire écouter, et comprendre et applaudir. Ici même, dans ce coin reculé de Bretagne, l'opinion est très ébranlée et nous faisons notre possible pour répandre la vérité. Pendant que ces luttent se déroulent, je pense souvent, Madame, à vous et à votre silencieuse souffrance. Croyez que depuis que nous avons su la vérité, cette souffrance nous est toujours présente, toutes les consciences délicates de notre pays en prennent vraiment leur part. Ceux à qui la vie a donné des joies ne pourront jamais oublier la terrible injustice qui vous a atteint et contre laquelle chacun de nous luttera tant qu'elle ne sera pas réparée. Mais l'avenir est à vous et nous verrons certainement nos âmes soulagées et notre cher pays délivré de ceux qui lui ont fait, comme à vous, tat de mal. Mon mari vous envoie ses hommages et nous vous prions de nous rappeler au souvenir de vos parents. Embrassez pour moi vos enfants qui, je l'espère, se portent bien, et veuillez croire, Madame, à ma respectueuse sympathie. Noémi Psichari P.S. Nous sommes pleins d'espoir à la lecture de la lettre de M. Demange et de la note qui l'accompagne. Oh ! cette fois, tout croule dans cet affreux édifice de mensonge et de cruauté ! Tous nous vœux, chère Madame, pour que votre courage soit récompensé ! Mots-clés Affaire Dreyfus, Soutien, Sympathie, Opinion publique Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.