Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée de la Bintinais : accédez à plus de 310 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
3 / 78
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo157688 Lettre-pétition Flora

Lettre-pétition

Marque du Domaine Public Lettre-pétition Numéro d'inventaire : 978.0023.3584 Création Capéran Ernest (Signataire) ; Août 1906 ; Sao Paulo. Description Feuille double imprimée. Sur la première feuille, côté recto, 71 signataires parmi lesquels Olivier Lachèvre, vice-consul de France. Il est precisé qu'à cette feuille est joint un discours prononcé lors d'un banquet organisé par les membres de la Colonie Française de Saint-Paul. Sur le côté recto de la deuxième feuille, discours d'Ernest Capéran, prononcé le 19 août 1906. La réhabilitation de Dreyfus va de pair avec celle de la France. Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Correspondance Août 1906 Matière(s) et technique(s) Papier (Impression) Dimensions hauteur 33,2 cm, largeur 22,6 cm Inscriptions Français Monsieur le Commandant Le discours dont nous avons l'honneur de vous faire parvenir le texte a été prononcé dans un banquet organisé par les membres de la Colonie française de Saint-Paul (Brésil) pour fêter l'arrêt de la Cour de Cassation et c'est en souvenir de cette réunion que nous vous envoyons, Monsieur le Commandant, ce témoignage de notre sympathique admiration. Olivier Lachèvre, Vice-Consul de Françe. Pierre Duchen Jacques Klaczko Germain Aurut Ernest Capéran Max Berringer E. Sensad de Lavaud Jacques Hoenel F. Cherrier Jules Cahen Vincent Coulon Jean Dupuy Antoine Molliard V. Bogaërs Lazare Grumbach Alexandre Thiolliér Paul Lévy Ernest Ullmann Salomon Kahn Silvain Weil Henri Rottenbourg Charles Lang Antoine Sepé Pierre Bourgade Raoul Lang Charles Hü Pierre Tapié Fils Joseph Isnard René Flachfeld Jacques Rivière Darraud L. Simon Marcel Ramondou Téodore Bloch Emil Israël William Picard Alfred Blum Gastaut Delphin Jules Martin Jules Thareau Georges Frey Ch. Mouchet Louis Kahn Jules Blum Lucien Hayem J. Vigne G. Michalet H. Bertrand Georges Lion Julien Bendix Robert Cahen Maurice Bloch Julien Klotz Albert Richard Souquière Daniel Avril Felix Alexandre Weyl Maurice Bloch (Buenos Aires) Robert Heymann Klaczko Henri Aveilha Paul François Jean Tadieu Vaissié Alexandre Salomon Benolié David Benolié Edmod Dreyfus Georges Netter Chabassus Fernand Lefevre Léon Lévy Lucien Corbissier Auguste Discours prononcé par M.r Ernest Capéran au banquet du 19 Août 1906 Monsieur le Consul Chers Compatriotes S'il nous a plu de fêter par un banquet la réhabilitation du citoyen français Alfred Dreyfus et de donner ainsi à notre réunion un caractère plus intime et plus expansif, c'est parce que ce fait memorable implique le triomphe de la vérité et de la justice dans un pays qui à la gloire d'avoir proclamé les droits de l'homme dans ses immortels principes de 89. Bien que nous n'ayons pas généralement attentdu l'arrêt de la Cour de Cassation pour flétrir l'odieuse accusation dont le Capitaine Alfred Dreyfus a été l'objet et la victime, il n'n est pas moin vrai que cette sentence rendue par des juges dont l'intégrité morale n'a d'égale que leur indépendance civique, a donné la plus complète satisfaction aux exigences de l'opinion publique et aux susceptibilités de notre amour-propre national. Quelle que soit la gravité de la faute commise, l'eclatante réparation que la France vient d'en faire par l'entremise de son Parlement, a cicatrisé la blessure où tous ceux qui ne professent pour notre pays qu'une amitié doutéuse, se plaisaient depuis de longues années à retourner le fer de leurs insinuations perfides et de leurs malveillantes récriminations. La croix d'honneur brille désormais sur la poitrine du Commandant Dreyfus et cette croix gagnée, non sur un champ de bataille où le courage fait des héros, mais sur un Calvaire où la douleur fait des martyrs, rappellera à tous les Français qu'il y a dans ce monde quelque chose de plus fort que la haine et que la mort, c'est le temoignage irréductible de notre propre conscience. Puisse cet évenement insolite préluder à une union plus libérale et plus généreuse de tous les Français, car nous sommes tous, aryens et sémites, les fils de cette belle France dont le souvenir n'existe chez les uns qu'avec le regret du départ et chez les autres qu'avec l'espoir du retour ! Mots-clés Affaire Dreyfus, Réhabilitation, Opinion publique, Pétition, Juif, Soutien, Pétition Dreyfus Alfred Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.