Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
7 / 40
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo159752 Lettre et enveloppe Flora

Lettre et enveloppe

Marque du Domaine Public Lettre et enveloppe Numéro d'inventaire : 978.0023.3900 Création Naville Hélène (Auteur) ; 26 juillet 1898 ; Coppet le cottage. Description En-tête : "Ma chère amie", L'auteur, Hélène Naville, confie à Lucie Dreyfus que la distance qui les séparent est purement métrique. Elle lui donne des nouvelles de sa famille. L'éditeur Stock va prochainement publier une brochure de son époux, Eugène. Elle demande à Lucie Dreyfus de la tenir au courant quand elle recevra une lettre de son mari Alfred Dreyfus. Pensées pour les enfants Dreyfus, en particulier pour Pierre à qui elle a offert un livre. Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Chatou 3 ter Avenue de Brimont Correspondance 26 juillet 1898 Matière(s) et technique(s) Papier vergé (Manuscrit, Procédé photomécanique) Dimensions hauteur 18 cmhauteur 9,5 (enveloppe) cm, largeur 11,6 cmlargeur 12,1 (enveloppe) cm Mots-clés Affaire Dreyfus, Sympathie, Intellectuel Inscriptions MONOGRAMME : HN Le Cottage. Coppet 26 Juillet 1898 Ma chère amie Comment vous remercier de votre délicieuse lettre ? Je l'ai lue avec un sentiment de grande joie, car votre affection m'est infiniment précieuse, et avec une grande tristesse, parce qu'il m'est très dur d'être séparée de vous, surtout dans les circonstances actuelles. Je passe ma vie à attendre l'heure des courriers et à lire lettres et journaux. Vous pouvez vous représenter ce que c'est d'être à distance en ce moment, d'apprendre le matin une nouvelle formidable, vieille déjà d'un jour et de devoir attendre 24 heures une confirmation ou des éclaircissements. Vous êtes toujours présente dans ma pensée et dans mon cœur. Je n'ai qu'à fermer les yeux pour vous voir dans votre petit jardin si vert, si paisaible, où j'ai passé des heures si douces auprès de vous, où je voudrais être avec vous pour vous aider à traverser ces semaines si mêlées d'angoisses et d'espérances. Mon mari a eu avant-hier des nouvelles directes et très sûres d'une personne qui nous intéresse tout particulièrement et dont vous ne saviez rien quand vous m'avez écrit. Ces nouvelles sont excellentes sous tous les rapports. Mon mari me charge de vous transmettre ses messages respectueux. Il n'a pu aller encore jusqu'à vous, parce qu'il va du samedi au lundi chez sa fille. Notre gendre est absent pour 2 ou 3 semaines, et Florence se trouve très solitaire. Aussitôt qu'il aura une heure de liberté il en profitera pour vous rendre visite et me donner de vos nouvelles. La gentille Fernande me l'avait aussi promis à l'occasion rappelez-le lui et qu'elle me pardonne si je suis indicrète, j'ai si besoin de savoir quelque chose de vous ! J'avais terminé mon petit travail lorsque j'ai quitté Paris. Mon mari a vu Monsieur Stock tout est arrangé et je suppose que la brochure ne tardera pas à être imprimée. Monsieur Stock a demandé quelques changements de détail tout-à-fait insignifiants. Je suis bien aise que la lecture de "Vers le Pôle" passionne Pierrot. J'ai lu ce livre l'été dernier il est de ceux où l'on peut puiser de belles leçons d'énergie et de volonté. Il est vrai que Pierrot n'aura qu'à ouvrir les yeux pour en découvrir d'admirables autour de lui ! Vous ne m'en voudrez pas, n'est-ce pas, chère amie, si je vous écris souvent. Vous ne vous croirez surtout pas obligée de me répondre à chaque fois un petit mot de temps en temps pour rassurer mon affection. Et, quand vous aurez une lettre du noble exilé, soyez assez bonne pour me le dire, car penser à vous c'est penser à lui, mon souci va de l'un à l'autre. La petite fille de votre beau-frère est-elle tout-à-fait rétablie comme je l'espère ? Madame Kaiser se fortifie-t-elle ? Veuillez me rappeler au souvenir de vos parents, je vous prie. Philippe envoie de tendres baisers à Jeanne et Pierrot. Pour moi, je vous serre dans mes bras, mais pas autant que je vous aime pour ne pas vous faire mal. A vous de toute mon âme Hélène Navillle Voulez-vous saluer le commandant et Mademoiselle Fernande si vous les voyez. Mots-clés Affaire Dreyfus, Sympathie, Intellectuel Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.