Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 205 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
8 / 40
Résultat précédent Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo159763 Lettre Flora

Lettre

Marque du Domaine Public Lettre Numéro d'inventaire : 978.0023.3901 Création Naville Hélène (Auteur) ; 28 juillet 1898 ; Coppet le cottage. Description En haut à gauche au crayon à papier : "1887". Utilisations Dreyfus Lucie (utilisateur) Correspondance Juillet 1898 Matière(s) et technique(s) Papier filigrane (Manuscrit, Procédé photomécanique) Dimensions hauteur 17,8 cm, largeur 11,4 cm Mots-clés Affaire Dreyfus, Sympathie, Intellectuel, Opinion publique Inscriptions MONOGRAMME : HN Le Cottage. 28 Juillet 1898 Ma chère amie, J'ai reçu hier le précieux volume des Lettres d'un Innocent j'ai cru reconnaître votre écriture sur la bande d'adresse, et je ne veux pas attendre pour vous remercier de tout mon cœur de cet envoi que je sais apprécier. Ce recueil de lettres est la plus belle chose que j'aie jamais lue le caractère de votre mari s'y révèle à chaque ligne dans toute sa noblesse, et, si l'on a l'âme déchirée par ses cris de souffrance, on ne peut s'empêcher d'éprouver en même temps un sentiment de reconnaissance pour l'homme qui relève si haut ce beau nom de français traîné par tant d'autres dans la boue. Mon mari me communique dans sa correspondance d'hier de bien grosses nouvelles. La femme de votre odieux persécuteur serait compromise dans l'histoire des faux, et bien d'autres parait-il. Je ne peux vous dire avec quelle anxiété j'attends les nouvelles à chaque courrier. La situation me semble si tendue qu'il est impossible qu'une solution tarde beaucoup. Comme tout est à craindre de la part d'adversaires aussi peu scrupuleux que les vôtres, il me tarde de les savoir par terre pour ne plus se relever. J'ai reçu hier une très gentille lettre de Mademoiselle Fernande. Remerciez-la pour moi en attendant que je le fasse moi-même, ce qui ne tardera pas. Mon mari m'a écrit qu'il vous porterait ces lignes dimanches. J'aurai donc de nos nouvelles mardi prochain. Que de choses se seront peut-être passées d'ici-là ! Mon neveu Auguste de Morsier est venu me voir hier. Il a essayé de reproduire pour lui la photographie de notre cher colonel. S'il réussit, il se fera un plaisir de livrer un portrait pour vous. Je suis sûre que le colonel ne nous désavouera pas. Je pense souvent à vos chers enfants, embrassez-les pour moi et pour Philippe. J'espère de tout mon cœur qu'il faudra bientôt que nous fassions une belle robe à Jeanne ! Mes meilleurs compliments à Madame Kaiser. Pour vous, l'expression de ma profonde affection et mes plus tendres baisers. Hélène Naville Mots-clés Affaire Dreyfus, Sympathie, Intellectuel, Opinion publique Type de document Collections muséales

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.