Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée de la Bintinais : accédez à plus de 310 000 oeuvres et documents.

Accueil > Notice complète
1 / 70
Résultat suivant
Image en cours de chargement
loading
http://www.collections.musee-bretagne.fr/ark:/83011/FLMjo150685 Lettre et enveloppe Flora

Lettre et enveloppe

Marque du Domaine Public Lettre et enveloppe Numéro d'inventaire : 978.0023.2461 Création Morhardt Mathias (1863 - 8 avril 1939) (Auteur) ; 20 octobre 1902 ; Paris 1 rue Jacob. Trarieux Ludovic (30 novembre 1840 - 13 mars 1904) (Auteur) ; 18 octobre 1902 ; Limoges. Description En-tête : "Mon cher Capitaine", L'auteur apprend à Alfred Dreyfus que Louise Hadamard refusait de voir publier la lettre de L. Trarieux. Vues les circonstances, M. Morhardt a pensé qu'avec cette publication, Dreyfus n'en tirerait que des avantages. Il s'excuse auprès de Dreyfus de cette liberté, mais Jacques Hadamard s'en était remis à eux. Utilisations Dreyfus Alfred (utilisateur) Paris 101 boulevard Malesherbes Correspondance Dreyfus Alfred, Capitaine Hadamard Louise (utilisateur) Correspondance Matière(s) et technique(s) Papier vergé, Papier (Manuscrit, Dactylographie, Procédé photomécanique) Dimensions hauteur 27,2 (lettre manuscrite) cm, hauteur 26,8 (lettre dactylographiée) cm, hauteur 12,3 (enveloppe) cm, largeur 21,5 (lettre manuscrite) cm, largeur 20,8 (lettre dactylographiée) cm, largeur 15 (enveloppe) cm Inscriptions Français Ligue Française pour la Défense des Droits de L'Homme et du Citoyen rue Jacob (VIe Arr) PARIS — Téléphone 234-08 Le 20 oct. 1902 Mon cher Capitaine J'ai eu ce soir, un moment de grande perplexité. Retenu rue Jacob je n'ai pas pu vous en parler. Madame Hadamard exprimait le désir que la lettre de Mr Trarieux ne fût pas publiée. D'autre part, votre beau-frère, devant le vœu de Mr Trarieux, s'en remettrait à nous du soin de prendre une décision. Dans le doute, je me serais bien abstenu. Mais j'ai pensé que, la publication de cette lettre ne devant avoir, au point de vue supérieur qui nous préoccupe, que des avantages, j'avais le devoir de l'envoyer aux journaux. Je m'en excuse et je vous prie de m'en excuser auprès de Madame Hadamard. Je suis tout particulièrement désolé d'avoir fait, dans ces circonstances si pénibles, violence au sentiment de réserve, d'ailleurs si naturel, qu'elle m'a fait exprimer par son fils. Votre bien sincèrement dévoué Mathias Morhardt   978.0023.2461.2 Limoges, le 18 octobre 1902 Copie. Madame, Ma femme se joint à moi pour vous exprimer nos vives sympathies et vous dire la part sincère que nous prenons au douloureux deuil qui vous sépare d'un mari que les épreuves ressenties en commun des dernières années unissaient si étroitement à votre vie. Il n'aura pas assez vécu, hélas ! pour partager avec vous le bonheur qu'un prochain avenir, je l'espère, vous réserve mais c'est déjà une consolation, de penser qu'il n'a pas quitté ce monde sans l'avoir, au moins entrevu. S'il n'a pas en jouir pour lui-même, combien douce a dû lui être la certitude que tous ceux qu'il aimait, et dont il avait vu les longues souffrances, y trouveraient avant longtemps la réparation des odieuses iniquités dont votre vie à tous reste encore abreuvée. Il a vu les funérailles de celui qui, le premier, a annoncé "que la Justice était en marche", et son cœur a dû tressaillir en entendant les acclamations d'une multitude saluant en lui, bien plus encore que le grand écrivain, le noble esprit et l'homme de cœur qui avait bravé tous les dangers pour se porter au secours de votre détresse. Nous aussi, nous vous en faisons l'aveu, en voyant ce réveil d'une opinion enfin révoltée, qui veut rendre à la vie normale votre malheureux gendre et votre chère fille, nous nous sentons comme allégés du fardeau que nous portions, et nous ouvrons nos cœurs à l'espérance. Veuillez agréer, Madame, pour vous et tous les vôtres nos respectueuses condoléances, auxuqelles j'ajoute, pour ma part, le regret sincère qu'une absence obligée ne me permette pas d'être au nombre des amis qui accompagneront votre cher mari à sa dernière demeure. L. Trarieux  Contextualisation L'auteur, Ludovic Trarieux, et son épouse adressent à Louise Hadamard leurs condoléances à l'occasion de la mort de son époux, David Hadamard. Il ne pourra pas assister à la victoire totale mais il a eu le bonheur de voir réunis ceux qu'il a défendu. Il a vu les funérailles d'Emile Zola, en qui la foule a acclamé le justicier de Dreyfus, plus que le grand écrivain. Pour Trarieux, il est rassurant de voir une opinion qui cherche à réhabiliter les Dreyfus. Mots-clés Affaire Dreyfus, Ligue des droits de l'homme et du citoyen, Correspondance, Soutien, Caractère d'imprimerie, Presse, Dreyfusard Trarieux Ludovic Hadamard Louise Hadamard Jacques Dreyfus Alfred Zola Emile Hadamard David Type de document Collections muséales Bibliographie 1 - Monographie - Emile Zola, un intellectuel dans l'affaire Dreyfus ; 46 - Dictionnaire - Grand Larousse encyclopédique (Paris.1964.Tome X,p.460.)

Dépôt de commentaire via votre espace personnel :  Connexion
Dépôt de commentaire sans connexion à l'espace personnel :


Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.