Bienvenue sur le portail documentaire du musée de Bretagne et de l'écomusée du pays de Rennes : accédez à plus de 170 000 oeuvres et documents.


Objets phares

Même s’il conserve en son sein des pièces remarquables par leur rareté ou leur esthétisme, le musée de Bretagne collectionne avant tout des objets qui sont des témoins matériels des transformations sociales, techniques, culturelles ou sociétales d’une communauté d’hommes et de femmes.

Ces quelques objets « phares » balisent, éclairent et orientent votre parcours à la découverte de l’histoire de la Bretagne et des Bretons, de la Préhistoire aux périodes les plus récentes.

Nos parcours thématiques

Rennes. Les vies d'une ville

Des collections à identifier

Objets phares

Jeunesse : l'âge du possible

3615 Rennes
Minitel, Telic Alcatel, 1984, Strasbourg (Bas Rhin).
Avec sa forme carrée et ses couleurs marron- beige, le minitel est un concentré du design et de la technologie des années 80-90. Mis au point à Rennes par des ingénieurs du CCETT (Centre commun d’étude de télédiffusion et de télécommunication) et commercialisé en
1982, il fait de Rennes une ville pionnière des télécommunications.
Lancé pour informatiser la France, il est tout d’abord un annuaire électronique simple d’utilisation destiné à tous les foyers. D’autres services parfois teintés de rose contribuent aussi à sa rentabilité. « The little french box » cumule à son apogée jusqu’à 90 millions d’heures de connexions par an. L’arrivée d’Internet signe son déclin et le 30 juin 2012 à 23h59 à Rennes, lors d’une soirée spéciale baptisée « Push the Red Button », le minitel est débranché définitivement. Il comptait encore 420 000 clients actifs.
Minitel
Vers une autre société agricole
Sac à engrais, jute, 20e siècle, Romillé.
Avec ses coutures grossières, ses textes et son illustration imprimés au pochoir indiquant sa provenance géographique (l’Alsace), ce sac à engrais (potasse) a toute sa place dans les objets phares des collections du musée de Bretagne.
Utilisé dans une ferme à Romillé (35), il témoigne de la profonde mutation du modèle agricole dans les années d’après-guerre. La Bretagne va progressivement glisser d’une production familiale à une agriculture intensive. Cette mutation s’accompagne de profonds changements sociologiques. C’est la fin des petites exploitations et la naissance de l’industrie agro-alimentaire. Ce modèle économique suscite de nombreux débats aujourd’hui tant sur la question écologique que sur l’emploi.
Sac à engrais
L'hygiène dans un plateau d'argent
Plat à barbe, Maître Orfèvre François Grégoire, argent repoussé, décor ciselé, gravé, vers 1709, Rennes.
La rareté de ce plat à barbe à la cuvette échancrée tient à sa forme oblongue. Sa qualité est attestée par les différents poinçons dont celui de maître avec les initiales F et G, séparées par une hermine, fleur de lys. Les armoiries que l’on peut voir sont sans doute postérieures. Objet de toilette, le bassin à échancrure était accompagné d’un pot à eau chaude et destiné à l’opération de rasage. Il a récemment rejoint un ensemble de pièces liés à la toilette : un petit bougeoir de toilette de l’orfèvre Jean Grégoire (1681-1683), ou la boule à savon, signée Didier Farge, orfèvre à Saint-Malo (1732).
Beaucoup de ces pièces d’orfèvrerie civile ayant été fondues ou ayant disparu, elles sont devenues précieuses car elles témoignent de la vie quotidienne des grandes familles sous l’Ancien Régime.
Plat à barbe
Les premiers "Bretons"
Sarcophage dit tombeau de Saint-Budoc, granit, 5e- 8e siècle, Dol-de-Bretagne
Bloc de granit aux gros grains de quartz, ce sarcophage dit «tombeau de Saint-Budoc» a servi au début du 20e siècle d’abreuvoir, de réservoir à eau de pluie et même de lavoir.
Retrouvé dans le jardin d’une maison canoniale à Dol-de-Bretagne, il évoque les auges en pierre dans lesquels, selon la légende populaire, les saints bretons ont traversé la Manche. Selon cette même légende, Budoc, élevé par son grand-père le roi Even, grandit en Irlande, dans un monastère, consacrant ses journées à Dieu. Devant tant d’humilité, son entourage le presse de devenir archevêque mais, fuyant ces honneurs, Budoc décide de traverser la Manche. Sans navire, il s’allonge dans une grande auge de pierre et débarque sur les côtes armoricaines. Il y fonde le premier monastère-université d’Armorique.
Sarcophage
Un guerrier entre deux mondes
Statuette de guerrier, bronze, 1er siècle av. J.C – 1er siècle ap. J.C, La Bouëxière
Avec son bouclier et son bâton à figure humaine, ses yeux translucides et son faciès atypique, ce petit guerrier nu laisse planer le mystère sur ses origines. Cette statue en bronze a été découverte dans un talus à La Bouëxière (35) en 1934. Mise au grand jour en 1935 dans le journal Ouest Eclair, elle va intriguer la communauté scientifique rennaise. Si le traitement de cette figurine, le bouclier et les sandales évoquent plus une tradition gallo-romaine, sa chevelure et le visage, la nudité du personnage sont à rattacher à un mode « celtique ». Elle symbolise avant tout la rencontre entre deux courants artistiques.
Statuette
Reine des Français et duchesse de Bretagne
Monnaie en or d’Anne de Bretagne dite cadière, d’après un dessin de Jean Bourdichon, 1498, Nantes.
Sur cette pièce en or, Anne de Bretagne est assise en majesté sur un trône appelé « cadière ».
Les épaules recouvertes d’un manteau moucheté d’hermines et de fleurs de lys, elle tient un sceptre dans la main, une épée dans l’autre et sa tête est ceinte d’une couronne.
En 1498, Charles VIII, roi de France et époux d’Anne de Bretagne, meurt. Veuve, Anne redevient duchesse. L’une de ses premières décisions est de faire battre monnaie pour affirmer son autorité sur le duché. L’inscription en latin qui borde la monnaie en témoigne : « Anne, par la grâce de Dieu, reine des Français et duchesse de Bretagne ».
C’est pourtant un privilège réservé aux rois !
Monnaie, Cadière d'Anne de Bretagne
Un objet emblématique de la Préhistoire
Hache polie, dolérite, Néolithique, Basse Bretagne
Munie d’un manche en bois, la hache polie est un outil efficace de déboisement, perforée elle devient un pendentif. C’est parfois un outil de prestige que l’on s’échange. Mais la hache polie est surtout le symbole d’une société qui se transforme. Le Néolithique se caractérise par la sédentarisation progressive des groupes humains, la naissance de l’agriculture et celles d’outils plus performants avec notamment la généralisation du polissage.
Réalisées à partir d’un fragment de roche caractéristique, la dolérite, ces haches évoquent également l’incroyable entreprise des carrières de pierres qui perdurèrent dans la région pendant 2 000 ans. Pour toutes ces raisons, la hache polie constitue sans aucun doute l’un des objets les plus emblématiques de la Préhistoire.
Hache polie
L'art des métaux
Bracelets, or, Bronze final (- 1300/- 800 avant JC), Pommerit-le-Vicomte (22)
Ces trois paires de bracelets ouverts en or ont été découvertes en 2007 à Pommerit-le-
Vicomte (22). Quatre d’entre eux sont de section rubanée (comme des rubans) à 5
ou 6 stries, les deux autres sont formés d’une tige circulaire doublée sur elle-même et élargie aux extrémités.
Si les dépôts d’objets en bronze sont relativement fréquents, ceux présentant des objets en or sont bien plus rares. À côté de l’outillage lourd et des armes, cette découverte témoigne de l’art de la métallurgie et de la production de nouveaux accessoires, à l’âge du bronze final. L’Armorique est alors au centre d’un vaste réseau d’échanges, les populations ont su en faire un territoire prospère et dynamique.
Bracelet
Des Bretons au cœur de la Révolution
Club breton, huile sur toile marouflée sur carton, 1792-1793.
Ce tableau surmonté d’un véritable bonnet phrygien avec une cocarde révolutionnaire met en scène un sans-culotte et Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt, véritable passionaria de la Révolution. Ils se situent devant la porte d’entrée du « Club breton » avec en arrière-plan le château de Versailles.
Fixée au dos du tableau, une lettre manuscrite donne de précieuses informations : dès avril 1789, les députés du tiers état breton, rejoints progressivement par de célèbres révolutionnaires parmi lesquels Robespierre et Mirabeau, se réunissaient au café Amaury à Versailles. Cette assemblée se déplacera ensuite à Paris pour constituer le « Club des Jacobins ». Ce tableau souligne le rôle déterminant des députés bretons dans la Révolution au sein de ce qui est sans doute le premier parti politique français.
Tableau, Club breton